Les tribunaux du Nevada veulent empêcher les adolescents d'utiliser le chiffrement de bout en bout

Le fait de priver les adolescents de leur droit à un cryptage fort ne les rendra pas plus sûrs ni mieux protégés contre les dangers.

2024-02-28
Les tribunaux du Nevada s'empressent d'empêcher Meta de déployer le chiffrement de bout en bout pour son application Messenger et son intégration dans Facebook et Instagram. D'une certaine manière, ils se sont convaincus qu'en enfermant les adolescents dans une maison de verre, ils seront à l'abri des prédateurs en ligne. La suppression du strict minimum des normes de sécurité ne protège pas et ne protégera jamais les enfants. La Cour du Nevada devrait avoir honte.

Le procureur général du Nevada a intenté une action en justice visant à empêcher Meta de mettre à jour ses applications de médias sociaux et de messagerie afin d'inclure le chiffrement de bout en bout pour les personnes âgées de moins de 18 ans ou dont on peut raisonnablement supposer qu'elles sont âgées de moins de 18 ans. L'Electronic Frontier Foundation (EFF) explique cette logique farfelue par le fait qu'"au nom de la protection des enfants, le Nevada semble soutenir que le simple fait d'offrir le cryptage sur une plateforme de médias sociaux dont Meta sait qu'elle a été utilisée par des criminels est en soi illégal".

La suppression de mesures de sécurité essentielles ne protégera pas les jeunes.

Il est difficile de comprendre comment quelqu'un peut vraiment croire que la suppression de l'accès aux communications sécurisées protégera d'une manière ou d'une autre les jeunes du Nevada du regard insidieux des prédateurs en ligne. Le comportement en ligne des jeunes adultes ne changera probablement pas, et l'État tente maintenant de supprimer le cryptage même qui protège les enfants et les adolescents ({blogkidsLink}) des menaces de visionnage non désiré de leur vie personnelle. Si une telle restriction était acceptée par un tribunal, elle ouvrirait la voie à une attaque contre le cryptage dans le cadre des guerres cryptographiques en cours. Peut-être qu'au lieu de supprimer les droits des jeunes du Nevada, le procureur général ferait mieux de concentrer son attention sur la poursuite des véritables criminels dans cette situation.

Ilne s'agit pas de la seule initiative juridique visant à attaquer le chiffrement au cours des dernières années, nous pouvons considérer EARN IT et le Stop CSAM Act comme des exemples parfaits de politiciens malavisés qui s'attaquent à des choses qu'ils ne comprennent pas. La Cour du Nevada utilise les termes suivants pour décrire le cryptage de bout en bout : "Ce comportement - qui rend impossible pour quiconque autre que l'expéditeur et le destinataire d'un message privé de savoir quelles informations le message contient - sert d'outil essentiel aux prédateurs d'enfants et entrave considérablement les efforts des forces de l'ordre pour protéger les enfants contre les crimes odieux en ligne, y compris le trafic d'êtres humains, la prédation et d'autres formes d'exploitation dangereuse".

Meredith Whittaker, présidente de Signal, qualifie ces procédures judiciaires d'"embarrassantes, mais dangereuses".

Les criminels utilisent-ils le cryptage, oui, mais c'est aussi le cas du reste des utilisateurs d'Internet dans le monde. Le cryptage est l'épine dorsale de l'internet et assure la sécurité de chacun d'entre nous. Si nous suivons leur argument jusqu'à sa conclusion logique, nous devrions supprimer tout cryptage des transactions bancaires pour empêcher le blanchiment d'argent, construire des maisons en verre pour prévenir la violence domestique et interdire la possession de toute pièce métallique raisonnablement tranchante. Il est facile de rejeter cette affaire comme étant ridicule, mais le fait que de telles discussions continuent d'être réexaminées est une tentative de la part des opposants à la vie privée d'épuiser les citoyens raisonnables qui utilisent le cryptage pour simplement protéger leurs données.

Le procureur général a le culot d'affirmer que "le chiffrement sur Messenger permet aux prédateurs de harceler les jeunes utilisateurs en toute impunité", mais il ne reconnaît pas que les harceleurs pourraient tout aussi bien acheter légalement des quantités inacceptables d'informations personnelles par l'intermédiaire de l'industrie non réglementée des courtiers en données. - Tout comme la NSA. Avant de s'attaquer au cryptage, il conviendrait peut-être de s'attaquer d'abord à ce problème. En raison de l'absence de lois sur la protection de la vie privée et des données aux États-Unis, il suffit de connaître le nom d'une personne pour recueillir l'histoire de sa vie par le biais de sites web de recherche de personnes. Nous, les Américains, devrions nous inspirer de l'Union européenne et de son excellente législation en matière de protection des données.

Ne punissez pas la jeunesse du Nevada pour les actions des criminels !

Les adolescents ne vont pas cesser d'utiliser des applications de messagerie cryptées telles que WhatsApp et autres, et ils ne devraient pas le faire. Au contraire, nous devons leur faire confiance et leur permettre de se protéger et de protéger leurs communications privées en utilisant des technologies de chiffrement.

Cette affaire est en cours et nous vous tiendrons au courant dès que de nouvelles informations seront disponibles.

Restez en sécurité et bon chiffrement.