La liberté d'expression est menacée par la montée de la surveillance mondiale

C'est la semaine de la liberté d'expression, mais la situation de la liberté d'expression au niveau mondial ne pourrait pas être plus mauvaise.

2023-10-17
Free Speech is under fire around the world. More reason than ever to fight for our human rights!
C'est la semaine de la liberté d'expression, mais y a-t-il lieu de s'en réjouir ? Alors que la liberté d'expression est mise à mal par une surveillance croissante dans le monde entier, nos droits humains fondamentaux - le droit à la vie privée et la liberté d'expression - sont bafoués de trop nombreuses façons, même dans les démocraties occidentales. La promesse d'un internet libre et ouvert a échoué et a été remplacée par un système à l'effet paralysant.

Cette semaine est la semaine de la liberté d'expression, et bien que nous devions être heureux de célébrer les articles 18 et 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies, ce luxe n'est pas disponible dans de trop nombreuses régions du monde pour que l'on puisse se mettre d'humeur festive. Avec la montée en puissance des opérations de surveillance internationale, même les expatriés qui ont fui des systèmes oppressifs doivent aujourd'hui faire face à une surveillance permanente qui ne les affecte pas seulement eux-mêmes, mais aussi leurs amis et leur famille qui vivent peut-être encore dans leur pays d'origine.

Le pouvoir oppressif combiné de la surveillance mondiale et des scores de crédit social locaux constitue une grave menace pour la diffusion de la liberté d'expression. La promesse d'une technologie libératrice a échoué et a été remplacée par un système d'effets paralysants.

La liberté d'expression : Particularités universelles

Les lois chinoises

Bien qu'elle soit déclarée droit de l'homme universel, la légalité de la liberté d'expression varie énormément d'un pays à l'autre. En Chine, bien que l'article 35 de la Constitution de la République populaire de Chine stipule que les citoyens chinois "jouissent de la liberté d'expression, de la liberté de la presse, de la liberté de réunion, de la liberté d'association, de la liberté de cortège et de la liberté de manifestation", les pratiques de censure excessive de l'internet suggèrent le contraire. En 1997, le ministère de la sécurité publique a publié le "Règlement sur la sécurité, la protection et la gestion des réseaux informatiques et de l'Internet", dont la mise en œuvre limite considérablement la liberté d'expression. Les sujets qui incitent à la division de la nation ou qui nuisent à l'unification nationale, qui véhiculent des mensonges ou déforment la vérité, qui détruisent l'ordre de la société ou qui contiennent du matériel sexuellement suggestif peuvent être librement censurés par le gouvernement.

Le langage et les formulations vagues permettent d'étendre facilement les restrictions imposées par la loi pour réduire au silence toute personne dont les actions sont considérées comme une menace. Il n'est pas difficile de constater que ces lois excessivement souples limitent considérablement la liberté d'expression promise par la constitution chinoise.

Les lois américaines

Aux États-Unis, la liberté d'expression est inscrite dans le premier amendement de la constitution américaine.

"Le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion ou interdisant son libre exercice, ni ne restreindra la liberté d'expression ou de la presse, ni le droit du peuple de s'assembler pacifiquement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour obtenir réparation des torts subis.

Cet amendement garantit la liberté d'expression aux États-Unis d'Amérique, même dans les cas où le discours peut s'opposer aux normes de la société, voire aux politiques gouvernementales, sans crainte de sanctions ou de représailles de la part du gouvernement. Un exemple de liberté d'expression protégée aux États-Unis serait : "Mickey Mouse devrait être élu président, toutes les limites de mandat devraient être supprimées et toutes les élections futures devraient être suspendues, ce qui ferait de lui un dictateur éternel" Indépendamment de la prémisse absurde, du rejet du système de gouvernement démocratique maintenu par les États-Unis, prononcer cette phrase publiquement ou en ligne ne vous vaudra pas une lourde peine d'emprisonnement. En fait, en 1997, la Cour suprême des États-Unis a statué qu'en cas d'obscénité en ligne, la liberté d'expression restait prioritaire : "Il est vrai que nous avons reconnu à maintes reprises l'intérêt du gouvernement à protéger les enfants contre les contenus préjudiciables. La plateforme de discussion en ligne doit rester ouverte et promouvoir la liberté d'expression.

Cet engagement clair en faveur de la liberté d'expression permet des discussions libres et publiques sans menace de représailles si une personne exprime quelque chose qui va à l'encontre des opinions, des pratiques ou des valeurs de ceux qui détiennent le pouvoir - y compris sur l'internet.

Plus récemment, toutefois, cette liberté consacrée par la loi a été menacée par les tendances croissantes à la surveillance dans le monde entier.

L'essor de la surveillance constante et des notes de solvabilité sociale

Les notes de crédit social sont un phénomène relativement nouveau. Le concept original du système de crédit social, nom officiel du système fonctionnant en République populaire de Chine, a été lancé au début des années 90 dans le cadre d'une tentative du gouvernement de mettre en œuvre un certain nombre de systèmes de réglementation financière similaires à ceux que l'on trouve aux États-Unis d'Amérique (pensez à Equifax). Ce qui est intéressant et souvent négligé, c'est qu'il n'y a pas un seul système centralisé qui attribue ces notes, mais qu'il y a en fait plusieurs systèmes en place qui ont été développés par des sociétés de logiciels chinoises comme TenCent et AliBaba. Un rapport de Wired.com écrit qu'"en 2015, le gouvernement chinois a autorisé huit entreprises technologiques, dont Ant Financial, une filiale du géant Alibaba, à expérimenter le développement de systèmes d'évaluation du crédit pour les particuliers. En plus des données financières, Sesame Credit prend en compte des éléments tels que les connexions aux médias sociaux et les habitudes d'achat..." C'est précisément la combinaison entre la surveillance et les conséquences dans le monde réel qui fait l'objet d'une polémique à juste titre.

Si vos communications privées et votre historique d'achat peuvent être utilisés pour avoir un impact négatif sur votre mode de vie, votre capacité à traverser les frontières internationales, ou même à demander des options de paiement étendues pour des soins médicaux, il y a une incitation non négligeable à agir et à se comporter dans le cadre du statu quo. En limitant la capacité d'une population à s'exprimer librement, à discuter d'accords politiques alternatifs ou à acheter divers produits en dehors de ce système surveillé, un régime oppressif peut contrôler efficacement un grand nombre de citoyens sans tirer une seule balle. Qui a besoin d'une répétition de la place Tiananmen quand on peut lancer une "application pour tout" comme WeChat qui peut éliminer la dissidence avant qu'elle n'atteigne les rues ?

Freedom os speech squashed on Tiananmen Square in China

Les politiques d'interdiction de la journalisation contre la théorie du coup de pouce

Si les données sont stockées quelque part ou peuvent être récupérées, il est possible qu'elles soient un jour appliquées à votre score de crédit social. C'est à ce moment-là que des services de protection de la vie privée comme Tutanota peuvent vous aider. Vos données sont d'abord envoyées à nos serveurs avec un cryptage de bout en bout où elles restent cryptées et même nous ne pouvons pas les décrypter. Si les données ne peuvent pas être décryptées, elles ne peuvent pas être utilisées pour surveiller votre comportement ou vous priver de droits humains tels que le droit à la vie privée ou à la liberté d'expression. Les services en ligne qui appliquent des politiques d'enregistrement zéro sont essentiels pour protéger leurs utilisateurs d'un avenir possible où de tels systèmes de surveillance et de contrôle seraient monnaie courante. Si ce type d'appareil de surveillance se trouve à l'autre bout du monde, nous pouvons être sûrs que nos activités en ligne sont à l'abri du regard des dictateurs, n'est-ce pas ? Malheureusement, ce n'est pas le cas.

Les mesures de censure employées par le parti communiste chinois ne sont pas seulement formées à l'intérieur des frontières chinoises, elles sont également formées, élargies et mises à jour en fonction de l'activité Internet des pays étrangers. Vous n'avez peut-être aucun lien avec la Chine, mais votre comportement en ligne intéresse au plus haut point le Parti communiste chinois (PCC).

Un rapport de Citizen Lab montre le contrôle de hachage utilisé par le PCC pour analyser le contenu des images par rapport à des hachages connus d'images précédemment jugées contraires aux normes, aux politiques ou aux valeurs du Parti. Il s'agit d'un comportement connu appliqué aux comptes créés à l'aide d'un numéro de téléphone chinois, mais dans quelle mesure, le cas échéant, ces contrôles sont-ils appliqués aux comptes créés au-delà de la frontière chinoise ? Un autre rapport de Citizen Lab teste ce cas et confirme que les comptes WeChat créés avec des numéros de téléphone non chinois sont également activement surveillés pour détecter tout contenu qui pourrait être considéré comme une menace pour les pouvoirs politiques en place. Pour éviter que notre comportement ne soit orienté vers une complicité docile, il est absolument essentiel que nos communications en ligne soient entièrement cryptées et gérées par des entreprises ou des organisations transparentes soucieuses de la protection de la vie privée.

L'IA et l'apprentissage automatique au service des intimidateurs

WeChat n'est pas le seul coupable de cette forme prédatrice de modelage du comportement. Au sein de l'Union européenne, le projet de loi sur le contrôle des chats zombies continue de faire parler de lui. Une fois de plus, la pression législative en faveur d'une surveillance de masse sous couvert de "protection des enfants" menace la possibilité légale d'utiliser des services privés véritablement cryptés de bout en bout. La proposition de loi rendrait obligatoire l'analyse de l'appareil côté client pour les CSAM, mais les experts en sécurité et les défenseurs de la vie privée craignent que cela ne nous mette sur une pente glissante vers un niveau de surveillance mondiale sans précédent.

Si un algorithme est initialement programmé pour ne scanner que les hachages d'images connues de CSAM, qu'est-ce qui l'empêche d'être modifié pour scanner les appareils à la recherche de hachages d'images se moquant de personnalités politiques ? Il s'agit là d'une menace évidente pour notre droit à la vie privée, à la liberté d'expression et à l'existence d'une presse libre.

Nous savons qu'un suivi aussi poussé des communications de chacun est techniquement possible, car il s'agit déjà d'une pratique courante dans les politiques de balayage utilisées par WeChat. Un modèle d'IA bien formé pourrait également repérer certains types de discours ou de sujets de discussion considérés comme des menaces pour la sécurité nationale ou susceptibles de constituer un danger pour la jeunesse. Une fois la boîte ouverte, la liberté d'expression, notre droit à la vie privée et même l'ensemble de nos sociétés démocratiques sont menacés. Il n'existe aucun moyen de limiter en toute sécurité une forme de surveillance aussi puissante.

Il n'y a aucune dignité à soutenir une surveillance de masse injustifiée.

Lutter pour la liberté d'expression

Le fonctionnement d'une société libre et démocratique repose sur la protection de la vie privée et de l'anonymat.

C'est pourquoi, lorsque vient le moment de voter, les bulletins de vote sont des cabines entourées d'un rideau pour permettre à l'électeur d'exprimer son opinion en toute confidentialité, sans crainte de représailles. La montée en puissance d'un appareil de surveillance mondial est aux antipodes des nécessités d'une démocratie fonctionnelle.

Face au Goliath que représentent les entreprises technologiques et les entités gouvernementales désireuses de connaître vos pensées les plus intimes, que peut faire le citoyen moyen pour s'opposer à ce phénomène ? En plus de vous informer sur les politiques de connexion et de confidentialité des services en ligne dans votre vie quotidienne, vous pouvez partager ces informations avec vos amis et vos proches. La mise en place de chats de groupe sur des plateformes sécurisées comme Signal au lieu de WhatsApp ou Facebook messenger est un petit pas qui peut améliorer votre vie privée et celle de ceux qui vous sont chers.

Les médias sociaux font désormais partie intégrante de notre vie sociale, mais chaque image téléchargée constitue une menace. Au lieu de poster sur Instagram ou Facebook, pourquoi ne pas aller voir la plateforme décentralisée Mastodon et la Fediverse. Venez pour la communauté et restez pour la confidentialité.

Après vous être informé et avoir encouragé les services en ligne open source respectueux de la vie privée, si vous cherchez encore d'autres moyens de vous impliquer dans la bataille pour la protection de la vie privée, vous pouvez suivre certaines des recommandations de Patrick Breyer, membre du Parti Pirate au Parlement européen. En sensibilisant l'opinion publique, en appelant vos représentants locaux et en aidant ceux qui en ont besoin à passer à des solutions logicielles libres et ouvertes, vous pouvez contribuer à faire d'Internet un espace de discours ouvert, d'expression débridée et un bastion de la liberté d'expression.

Luttons ensemble pour votre droit à la vie privée !