Congrès, arrêtez de soutenir la censure ! KOSA menace la liberté d'expression.

Les enfants ne vont pas bien et KOSA ne les aidera pas.

2023-11-23
US Senator Marsha Blackburn pushes dangerous KOSA legislation that would hurt free speech.
Le Sénat américain pousse à la censure au lieu de chercher de vraies solutions. Voici pourquoi la législation KOSA n'aidera pas les enfants et constituera en fin de compte une menace pour la liberté d'expression. Le Congrès doit mettre fin à cette dangereuse législation dès maintenant !

"Mais pensez aux enfants !

Une fois de plus, le pouvoir législatif américain tente de protéger les enfants, tout en autorisant de nouvelles politiques et pratiques violant la vie privée, qui finiront par nuire à l'accès des jeunes à l'information. La loi sur la sécurité des enfants en ligne n'est pas nouvelle. Elle a été introduite en 2022 par le sénateur démocrate Richard Blumenthal. Le projet de loi a rapidement été mis de côté par les groupes de défense des droits à la vie privée, les entreprises technologiques et les organisations de sécurité des enfants qui s'opposaient à sa formulation vague et craignaient les ramifications imprévues d'une phrase en particulier, le "devoir de diligence". Les détracteurs du projet de loi craignent que le fait d'imposer un "devoir de diligence" aux entreprises de médias sociaux et aux autres plateformes en ligne qui ne sont pas exemptées des exigences légales n'aboutisse à la censure de certains contenus jugés controversés ou préjudiciables par les législatures des différents États. Cela pourrait conduire à des pénuries d'informations dans certaines parties du pays, où les informations relatives à la médecine LGBTQ+, à l'automutilation, aux troubles de l'alimentation ou au suicide pourraient être censurées et inaccessibles à ceux qui en ont le plus besoin.

Ces critiques ont freiné l'avancement du projet de loi, mais celui-ci a été réintroduit avec des modifications et bénéficie désormais d'un soutien bipartisan. Malgré ce soutien politique, les organisations de défense de la vie privée et des technologies hésitent encore, car elles s'inquiètent de la censure qui pourrait être introduite clandestinement dans le processus législatif.

Que signifie réellement l'expression "devoir de diligence" ?

Les critiques à l'encontre de la version révisée de la KOSA restent vives. Le principal sujet de préoccupation est la persistance d'une formulation vague concernant le "devoir de diligence" et la crainte que cela ne conduise à une censure plus large de l'internet, les plateformes se précipitant pour essayer de créer des systèmes de vérification de l'âge afin de se conformer à la nouvelle loi. Cette volonté de mise en conformité peut conduire à une politique de modération trop agressive qui pourrait censurer des informations et des contenus par ailleurs protégés. Cette censure risque de s'étendre et d'avoir un impact non seulement sur l'activité Internet des personnes âgées de moins de 18 ans, mais aussi sur celle des adultes légaux.

Bien qu'il y ait eu des changements pour s'assurer que les mineurs puissent avoir accès à des "ressources" pour traiter les sujets mentionnés ci-dessus, sans créer des définitions solides autour du concept de "devoir de diligence", les interprétations juridiques peuvent varier considérablement. Avec un soutien important de la part de la droite politique, de nombreux militants LGBTQ+ y voient une menace potentielle et pensent que la loi sera utilisée pour censurer le matériel LGBTQ+ de manière plus générale. Cette crainte est légitimée par un tweet de la Heritage Foundation, un groupe de réflexion conservateur, qui montre que si l'occasion se présente, certains hommes politiques chercheront à censurer les informations et le contenu LGBTQ+.

Screenshot of a Tweet by the Heritage Foundation.

Evan Greer, directeur adjoint du groupe de défense des droits numériques Fight for the Future, a tiré la sonnette d'alarme contre ce projet de loi, craignant précisément que la loi KOSA ne soit utilisée pour étouffer les voix des LGBTQ+. Mme Greer affirme que le projet de loi ne vise pas à protéger la vie privée des jeunes Américains sur les plates-formes de médias sociaux ; si c'était le cas, il contiendrait des dispositions strictes contre la collecte et le suivi de données à caractère prédateur. Il ne s'agit pas de protéger la vie privée, mais de limiter ce que les jeunes peuvent voir en ligne.

Screenshot of a Toot by Evan Greer saying it's time to stop KOSA.

En apportant de petites modifications visant à rendre les plateformes de médias sociaux responsables des dommages causés par leurs plateformes, la KOSA tente de se présenter sous un jour positif alors qu'en réalité, elle fait des incursions dangereuses dans le premier amendement. Les analystes juridiques de l'Electronic Frontier Foundation et de TechFreedom affirment que les changements généraux introduits pour se conformer à la formulation actuelle du "devoir de diligence" conduiront en fin de compte à un pansement numérique présenté comme un remède à des problèmes plus profonds, plus complexes et plus contextuels au sein de notre société. Le fait de réduire l'information au silence ne contribue en rien à la protection des enfants.

La protection des enfants n'exige jamais la censure.

Face aux problèmes locaux et mondiaux, la censure n'a jamais été d'un grand secours. Les tentatives de Tipper Gore de faire taire les musiciens n'ont rien fait pour mettre fin à la violence dans les quartiers défavorisés, la tentative de la Communication Decency Act de lutter contre l'obscénité a échoué, et les tentatives de l'Internet Safety Act de collecter des données traçables sur les utilisateurs n'ont jamais franchi les murs du Congrès. Mme Greer a fait quelques suggestions pour conserver le meilleur de la KOSA tout en restant fidèle aux valeurs de la Constitution américaine :

Nous avons demandé aux sponsors de KOSA de modifier le projet de loi en supprimant le "devoir de diligence", qui est un modèle intrinsèquement défectueux qui donne au gouvernement trop de pouvoir pour contrôler la parole, et de le remplacer par des réglementations strictes sur la façon dont les entreprises collectent et utilisent les données... Le premier amendement empêche le gouvernement de dicter les discours que les plateformes peuvent recommander aux jeunes utilisateurs, mais nous pouvons absolument interdire aux entreprises de collecter les données de nos enfants et de les utiliser pour leur recommander des contenus".

Si nous voulons protéger les jeunes, nous devons nous attaquer aux pratiques prédatrices des grandes entreprises technologiques qui font du comportement en ligne des jeunes le moteur de leurs profits. C'est la raison pour laquelle les entreprises technologiques conçoivent leurs applications de manière à ce qu'elles créent une dépendance. C'est la raison pour laquelle les contenus choquants sont omniprésents en ligne. Tant que le modèle économique des entreprises technologiques exigera des clics pour obtenir des revenus publicitaires, ces problèmes subsisteront.

Les tentatives législatives ne feront que nuire davantage à ceux qui sont déjà exploités par les entreprises de médias sociaux. La censure ne peut pas résoudre ces problèmes, mais l'empathie et la communication peuvent le faire. Être un adolescent ne va pas cesser d'être difficile ; être un parent ou un enseignant ne va pas cesser d'être difficile ; mais pour que les personnes au pouvoir puissent protéger la prochaine génération, elles doivent écouter de tout cœur leurs problèmes plutôt que d'essayer de les cacher sous une couverture de faux-sens de sécurité.

Le gouvernement, au niveau fédéral ou étatique, ne devrait jamais être l'arbitre de ce qui est considéré comme un bon ou un mauvais discours. Ils devraient plutôt s'attaquer aux modèles économiques dangereux qui régissent l'économie des médias sociaux.

Si nous voulons respecter le premier amendement et protéger la liberté d'expression en ligne ou dans la vie réelle, nous devons nous opposer à toute forme de législation visant à limiter l'accès à l'information.

Le libre accès à l'information n'a jamais constitué et ne constituera jamais une menace pour la prochaine génération.